footer

Du mercredi 25 au jeudi 26 janvier 2023
BRUZ, France
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau 2023 LE RENDEZ-VOUS ANNUEL INCONTOURNABLE DES ACTEURS DE L'EAU, AU PARC DES EXPOSITIONS DE RENNES

Interview de Loïg CHESNAIS-GIRARD

Président de la Région Bretagne,

en appelle à la résilience et à la solidarité

Loig Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne (©E. Pain-Région Bretagne)

 

1/ De très nombreux territoires en France se sont retrouvés en état de sécheresse ces derniers mois. Quelle est la situation actuelle en Bretagne et craignez-vous des tensions en 2023 ?

La Bretagne et ses habitants n’ont pas été épargnés par la sécheresse en 2022. Alors que nous devions déjà relever le défi de la qualité, nous sommes désormais confrontés à des questions de quantité et de disponibilité. La situation a été très critique et il y a même eu des ruptures d’alimentation dans certaines communes rurales. L’île de Groix a dû installer une unité de dessalement d’eau de mer pour répondre aux besoins en eau potable des îliens et des touristes. Certains territoires, plus urbanisés, ont aussi été au bord de la rupture.

C’est indéniable, nous sommes en train de basculer dans un autre monde avec le changement climatique. Et sans doute plus rapidement que les scientifiques du GIEC ne l’avaient prévu. La Bretagne ne sera pas épargnée. Le Haut Conseil Breton pour le Climat l’a récemment rappelé : le volume de pluviométrie devrait rester stable en moyenne sur l’année mais avec des différences sensibles entre l’ouest et l’est de la région. On s’attend à des sécheresses plus intenses et plus généralisées.

Pour 2023, le BRGM indique que les nappes sont en train de retrouver un niveau correct mais, en Bretagne, ce n’est pas nécessairement gage de sérénité car le sous-sol granitique ne permet de pas de stocker l’eau en grande quantité. Les barrages connaissent encore un déficit de remplissage.

Nous devons donc penser l’avenir de notre territoire en intégrant cette contrainte sur la ressource en eau. Si nous ne faisons rien, des conflits d’usage menacent et ce, d’autant plus que la Région accueillera, selon l’INSEE, 400 000 habitants supplémentaires d’ici 2040. D’où l’idée de réunir tous les acteurs de l’eau au sein d’une nouvelle instance de travail en commun : l’Assemblée Bretonne de l’Eau. Les pouvoir publics doivent être des pôles de stabilité, garants de l’intérêt général. Il y aura, c’est sûr, à arbitrer entre les usages, mais ces arbitrages doivent se faire en concertation.

 

2/ Vous interviendrez sur la résilience des territoires face au réchauffement climatique en plénière, avec l’Agence de l’eau. Quels sont les enjeux réels pour la quantité et la qualité de l’eau en Bretagne ?

La période de sécheresse que nous venons de vivre est venue rappeler, si cela était nécessaire, la dimension finie de la ressource en eau. Elle met en évidence notre fragilité dans l'accès à l'eau, sa disponibilité variant désormais considérablement dans le temps et l'espace. La Bretagne présente également des spécificités : l'eau potable y est majoritairement produite à partir des eaux de surface (à 75%) et les bassins versants, par leur géologie et leur morphologie, réagissent rapidement en l'absence de précipitations. Ces particularités augmentent notre fragilité.

La sobriété s'impose donc à nous. Les solutions fondées sur une nature permettant de préserver la ressource en eau en favorisant son infiltration dans les sols doivent être au cœur de nos pratiques d’aménagement.

Grâce à une mobilisation de longue date sur les territoires, la qualité de l’eau s’améliore en Bretagne sur le paramètre azote. Sur ce plan, l’enjeu phare est aujourd’hui celui de la diminution des contaminations par les produits phytosanitaires. Dans le contexte du changement climatique, nous ne pouvons pas nous permettre de fermer des points de captage, même les plus petits, afin de diversifier nos sources d’approvisionnement en eau et ainsi sécuriser l’approvisionnement en eau potable. C’est également un enjeu de santé publique et de préservation des écosystèmes.

La ressource, en quantité et en qualité, est intimement liée à l’aménagement de notre territoire : elle est indispensable pour accueillir des populations permanentes et touristiques et des activités économiques. Dans le contexte du changement climatique, ce sont aussi nos capacités de rejet des eaux, même traitées, dans les milieux qui vont être remises de plus en plus en question.

 

3/ Comment allez-vous agir pour une Bretagne plus résiliente dans le domaine de l’eau face aux enjeux du changement climatique ?

Dans ce contexte, la Région Bretagne a souhaité proposer, lors de l’Assemblée Bretonne de l’Eau du 11 octobre 2022, un plan d’actions et d’adaptation pour une Bretagne plus résiliente face aux enjeux du changement climatique et de la gestion de l’eau. Ce plan s’inscrira en cohérence avec le plan national d’adaptation et sa déclinaison à l’échelle du bassin Loire – Bretagne.

La Région animera la concertation pour construire ce projet avec tous les partenaires de l’eau en Bretagne. Chacun, à la mesure de ses compétences et leviers d’action, au regard des thèmes qu’il juge prioritaires, est appelé à s’engager dans le plan pour proposer et porter des actions, suivant les six axes qui le composent :

·         Axe 1 : encourager la sobriété dans tous les usages de l’eau

·         Axe 2 : préserver en premier lieu les ressources existantes et explorer la possibilité d’exploiter de nouvelles ressources

·         Axe 3 : favoriser le stockage de l’eau dans les sols

·         Axe 4 : activer le levier du financement

·         Axe 5 : anticiper l’apparition de conflits d’usages à travers la solidarité et l’aménagement du territoire

·         Axe 6 : poursuivre le partage de connaissances.

 

Un point d’étape sur la construction du plan et le lancement d’actions sera fait lors d’une nouvelle réunion de l’Assemblée Bretonne de l’Eau en mai 2023. En attendant cette échéance, des mesures opérationnelles sont d’ores et déjà engagées, comme l’organisation d’un colloque et la construction d’une campagne de communication…

 

F.A.Q